Sorti du hall peinture le jeudi 28 juin à Toulouse, le Beluga XL attire l’œil

Airbus a pensé ce nouvel avion-cargo pour remplacer son prédécesseur, le Béluga. Ils ont réalisé sa construction sur les bases d’un A330 et choisi son nom dû à sa ressemblance avec le dauphin. Cet appareil permet de transporter des pièces d’avions jusqu’aux usines d’assemblages à Toulouse. Plus large que son prédécesseur, il permettra également de transporter deux ailes d’A350, d’un seul coup.

Présenté récemment, les employés d’Airbus ont très bien choisi sa livrée puisqu’on y aperçoit un œil enjoué et un sourire en coin ! Ils avaient suggéré 6 livrées différentes mais c’est celle-ci qu’ils ont choisi à 40%.

Le premier des 5 exemplaires va donc effectuer ses derniers essais moteurs dans une zone aux abords des pistes de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Les réacteurs Rolls-Royce vont être démarrés afin de s’assurer de leur bon fonctionnement. S’en suivront les traditionnels essais de roulage sur piste à basse puis haute vitesse.

Quant à la date du premier vol tant attendu, elle serait pour l’heure toujours le 17 juillet.

Si tout se passe bien, le Béluga XL effectuera son premier vol inaugural le 17 juillet dans la matinée. Le départ se ferait donc normalement à partir de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Le petit nouveau d’Airbus effectuera une boucle. Suivra 10 mois de tests en vol pendant au moins 1 000 heures, nécessaires pour la certification et une entrée en service dès 2019.

Le Beluga XL lors de son premier roll-out à Toulouse en janvier / © P. Masclet / Airbus

L’appareil avait effectué son premier roulage en janvier

5 exemplaires du Béluga XL seront construits. Le premier d’entre eux a déjà subi des tests au sol, on peut voir sur la vidéo que la voilure est soumise à des vibrations afin de tester sa résistance.

 

Même si cet appareil n’a pas de but commercial ou n’est pas destiné au grand public, il s’impose tout de même comme un symbole. Il est aussi très rentable puisqu’il permet de gagner du temps dans le transport de pièces d’avions entre chaque usine.

Finalement, il est aussi la preuve de la haute technicité d’Airbus et de ses programmes. On ne peut pas passer à côté de son esthétique.

Après le Béluga, les Toulousains verront donc maintenant son grand frère, le Béluga XL, voler au-dessus de leur tête.

Caractéristiques techniques

VersionAirbus Beluga XL
Équipage2 Pilotes
Longueur63,10 m
Envergure60,30 m
Hauteur18,90 m
Largeur du fuselage8,80 m
Largeur de la cabine4 m
Superficie des ailes361,60 m2
Masse à vide125 000 kg
Masse maximale au décollage227 000 kg
Masse maximale à l’atterrissage187 000 kg
Charge max. au décollage53 000 kg
Autonomie4 074 km avec 53 tonnes
Réacteurs2 x Rolls-Royce Trent 700
Poussée32 250 kg

Si vous ne le saviez pas, il existe de nombreuses anecdotes et de nombreuses habitudes de l’aviation que l’on ne connait pas si on n’y travaille pas. Voici donc les 12 plus grandes anecdotes…

  1. Il est inutile (ou presque) d’éteindre vos appareils électroniques pendant le vol

Il est en réalité totalement inutile d’éteindre ses appareils électroniques dans l’avion. En effet, dans les avions modernes, les cabines de pilotage et les appareils sont protégées des interférences magnétiques. Pour résumer : rien ne va exploser si votre téléphone reste allumé. Par contre, si tout le monde s’y met cela peut compliquer la communication avec la tour de contrôle. Donc dans le doute, éteignez-le, vous économiserez de la batterie !

  1. Il est strictement interdit au pilote et co-pilote de manger la même chose

Les pilotes ont deux repas différents et ont la stricte interdiction de partager ou de goûter le plat de l’autre, et c’est très sérieux. Tout cela est mis en place afin d’éviter une éventuelle intoxication alimentaire, et si vous brisez la règle, c’est considéré comme une faute grave.

  1. Les hôtesses ne respectent pas toujours les règles 

Plusieurs témoignages d’hôtesses de l’air et Stewart confirment : après avoir demandé aux passagers d’éteindre leurs téléphones, ils envoient un ou deux textos à leurs proches… c’est pas très juste ça !

  1. La raison pour laquelle les lumières s’éteignent lors de l’atterrissage

Lors d’un atterrissage, on baisse le niveau lumineux dans l’avion, c’est tout simplement en cas de problème pour vous préparer à évacuer l’appareil en urgence. En fait, comme vos yeux se seront déjà habitués à l’obscurité, vous verrez mieux les sorties de secours et vous pourrez plus facilement vous repérer une fois à l’extérieur, comme ça on évite les chutes !

  1. Vous vous êtes sûrement déjà pris la foudre plusieurs fois en avion  

Vous ne le saviez surement pas, mais les avions sont régulièrement frappés par la foudre. Mais ne vous inquiétez pas, c’est sans danger, indolore, et comme vous l’aurez remarqué, on ne sent rien ! Pourquoi ? La carlingue fait office de cage de Faraday.

  1. Le pilote est quasi tout-puissant

Une fois que les portes de l’avion sont fermées, le commandant de bord est l’unique boss à bord, son autorité est quasi sans limite. Il peut : arrêter quelqu’un, rédiger des contraventions, prendre les dernières volontés, ou encore rédiger le testament d’un passager mourant.

  1. La porte des toilettes peut s’ouvrir de l’extérieur

Il y a une technique qui permet d’ouvrir la porte depuis l’extérieur. Il faut soulever le petit panonceau « interdit de fumer », puis faire glisser le petit levier, et hop ! Attention, ce sont normalement les hôtesses de l’air ou Steward qui réalisent cette manœuvre dans certains cas exceptionnels.

  1. Vous avez sûrement déjà voyagé avec des organes humains ou des cadavres

Beaucoup de vols domestiques transportent des restes humains, des corps dans des cercueils (rapatriement de corps) ou des organes. Par exemple, si vous voyez une longue boîte avec « Head » (tête) écrit dessus, c’est un cercueil.

  1. Les écouteurs donnés ne sont pas neufs

Eh non ! Les casques que l’on vous donne, ou plutôt que l’on vous prête, ne sont pas neufs. Le personnel les récupèrent à la fin du vol, puis les nettoient, les remballent et les redistribuent. Alors pensez à prendre le vôtre ou à vous nettoyer les oreilles !

  1. La raison de la présence de cendriers dans les avions

Tout simplement parce que si quelqu’un décide malgré tout de briser les règles et de fumer, il vaut bien mieux qu’il jette son mégot dans un cendrier plutôt que dans une poubelle, pour éviter de mettre le feu à l’avion par exemple. Cependant, il recevra une jolie amande à son arrivée sans aucun doute !

  1. Il est possible de savoir si un avion a été détourné depuis le sol

Si quelque chose d’anormal arrive à bord de l’avion, le pilote laisse les volets des ailes levés, afin de transmettre l’information à la tour de contrôle.

  1. Il Existe Un « Mile High Club »

C’est un club dans lequel les participants ont tout bonnement fait des galipettes à bord d’un avion ! Les membres reçoivent même un certificat, rien que ça !


Parce que les beaux jours arrivent, et parce qu’on aime vous faire plaisir : AviaSim a mené une opération de Street marketing très originale, jeudi, dans les rues de Lyon.

Armés de ballons « Envolez vous avec AviaSim », d’une bonbonne d’hélium et de flyers avec codes promotionnels, nous avons envahi la ville de Lyon.

Après la place Bellecour…

Puis le Vieux Lyon…

Finalement, AviaSim a jeté notre dévolu sur la place Carnot !

Nous souhaitions simplement vous faire découvrir nos simulations à travers une communication amusante et ludique. Et pour le plus grand bonheur des passants apparemment ! A peine nous avions installé les ballons que les lyonnais les récupéraient, les attachaient sur des velov’, des sacs à dos !

Notamment à la sortie des écoles, où des dizaines d’enfants ont pris d’assaut nos ballons. Des touches de bleu parsemaient le square d’à côté : magnifique !

 

Pour voir les backstages de notre opération de street marketing à Lyon, rendez-vous sur YouTube sur la chaîne d’AviaSim !

Alors les lyonnais, avez-vous récupéré votre ballon ?

Allez voir tout nos articles sur notre blog, cliquez juste ici !


Malgré la modernisation des avions et des compagnies aériennes, on n’arrive malheureusement pas toujours à profiter agréablement du voyage. Pour optimiser la qualité de votre trajet, et maximiser votre sécurité, voici 6 conseils grâce auxquels prendre l’avion ne sera plus une corvée !

Conseil n°1: Eviter la barbe

En effet, la barbe empêche, dans certains cas, la bonne adhésion du masque à oxygène à la peau. C’est une obligation qu’imposent certaines compagnies aériennes à ses pilotes, pas toutes évidemment.

Conseil n°2: S’habiller chaudement

Selon l’ASTM, la température et la pression atmosphérique sont liées. S’il fait trop chaud dans l’avion, cela peut entraîner de l’hypoxie. L’hypoxie est une situation dans laquelle son corps ne reçoit plus assez d’oxygène. C’est pour cela qu’il fait toujours frais.

Donc habillez-vous chaudement, s’il fait frais, c’est pour votre bien !

Conseil n°3: Portez des chaussures fermées

C’est tout simplement par soucis de sécurité, les talons et sandales rendraient l’évacuation trop compliquée. Les talons pourraient trouer les airbags (toboggan) et nuire à l’évacuation du reste des passagers.

Prenez donc des semelles solides pour ne pas vous retrouver pieds nus ou en tongs sur un tarmac chaud ou un sol épineux !

Conseil n°4: Le problème vient de nos papilles, et non de la nourriture

En haute altitude, nos papilles peuvent changer dû au milieu plus sec et à la pression plus faible. C’est la raison pour laquelle on se sent déshydraté, avec une bouche et un nez secs…

Tout ceci a un impact sur votre perception de la nourriture à bord. La nourriture est la même, y compris le vin, c’est votre sens du goût qui est légèrement modifié en vol.

Prenez donc votre mal en patience et attendez d’être au sol pour savourer un bon repas !

Conseil n°5: Choisissez des vêtements larges

Choisir des vêtements larges et également de préférence avec un tissu fin va énormément vous aider à vous endormir plus facilement.

Des vêtement larges peuvent aussi éviter la formation d’une thrombose veineuse profonde. En effet, si vous portez des vêtements moulants, vous augmenterez vos chances de développer des caillots sanguins dus à la pression atmosphérique modifiée.

Conseil n°6: Les sièges les plus confortables sont…

Les sièges à proximité des ailes de l’avion ! Une fois en altitude, l’avion a tendance à se balancer et à s’agiter. Se placer au milieu évitera donc de se sentir baladé… De plus, il fait plus frais à l’avant de l’avion, et plus chaud à l’arrière, la température idéale est donc celle du milieu.

Pour connaître tous les autres secrets d’un voyage en avion, allez jeter un œil à l’article « Les plus grands secrets de l’aviation » !